23 décembre

23 décembre – vendredi
Ce fut aujourd’hui la journée des emplettes et des rencontres. Après le petit déjeuner, nous nous sommes rendus au marché du jour au centre-ville. Phaly, sa mère, Sengkèo, sa soeur, son mari et moi, nous avons fait des achats, entre autres quelques bijoux. J’ai acheté pour ma mère une broche à la bijouterie de M. Phouvong, une des succursales très achalandée. De retour à proximité de l’hôtel, Ken et moi avons visité des magasins d’art artisanal laotien. Nous aimerions exposer leurs créations à notre souper annuel à Winnipeg. J’en ai profité pour m’acheter des vêtements en coton super confortable et pas cher.

Puis nous avons été rencontrer Vilat Rattanavong et son associé au Cubic Art Gallery and Consultancy. Il a fait des études en marketing en France et au Japon. Il est directeur de l’entreprise de consultation, qui, par temps libre, s’évertue de sensibiliser à leur culture et à leurs traditions, les gens et les jeunes de villages laotiens, en créant des livres, des vidéos, etc. L’entreprise cherche aussi à encourager la consommation de produits laotiens comme le café. M. Rattanavong aimerait venir visiter le Canada dans un avenir prochain.

Lors de notre discussion instructive, nous avons exploré des possibilités d’effectuer des échanges culturels (Winnipeg – Laos -- foire de produits laotiens : vêtements, objets en soie…) avec Vilat et ses associés. Avant de se quitter, il nous a offert de goûter sept rhums laotiens (saveur de prune, coconut, café, fruit de la passion, canne à sucre, rhum brun et blanc), de la compagnie Laodi. De quoi châtouiller nos papilles gustatives. Ensuite, nous sommes allés sur la promenade près du Mékong prendre un rafraichissement, en passant par le marché de nuit super populaire le vendredi. La température était bien agréable ce soir, 25 celsius. Nous avons terminé la soirée au restaurant Kap Khao Lao. En compagnie de la famille de Ken, nous avons pu manger une fois de plus de savoureux plats laotiens : soupes, salades, côtelettes de porc, laap au poisson, bière Lao et eau.

Demain je retournerai au Canada. Merci aux Laotiens pour leur accueil si chaleureux. Il est trop tôt pour faire un bilan de notre séjour. Toutefois, il est certain que le Laos se transforme : plus de gens, de commerces et d’autos, cela même en régions.

Pour ce qui a trait à SKL, nous constatons du progrès, plus d’élèves et de villages avec des écoles. Cependant il y a de nombreux besoins à combler. De plus en plus de villages se regroupent pour obtenir ensemble des écoles. Des villages manquent de bâtiments ou souhaitent de nouveaux bâtiments.

Chose certaine, le travail accompli par SKL est sincèrement apprécié. Les gens des villages et les élèves des écoles sont profondément reconnaissants aux donateurs de partout (Canada, Singapore, États-Unis, Australie, Angleterre, y compris le Laos) pour support inconditionnel.

21, 22 décembre

21 décembre – mercredi
Hier soir, Sengkèo et moi avons acheté de beaux foulards laotiens au marché de nuit, près du Mékong. Ces objets typiques seront en vente lors de notre repas bénéfice organisé au printemps prochain à Winnipeg.

Aujourd’hui, après le petit déjeuner à l’hôtel, toute la matinée a été consacrée à des appels téléphoniques afin de trouver des villages près de Vientiane qui auraient besoin d’une école. En évaluant les itinéraires, nous avons opté comme premier choix sur Ban Pakchanh.

Nous sommes partis vers 12 h 30 pour arriver au village presque deux heures plus tard. La route qui longe le bord du Mékong est en excellent état et nous permet d’admirer les paysages du Laos et de la Thailande.

Petit village pauvre, Pakchanh, a obtenu grâce à l’organisme japonais Jica une école primaire en 2010. Depuis des années, les gens du village souhaiteraient avoir une école secondaire. Présentement, les enfants doivent parcourir une vingtaine de kilomètres pour atteindre l’établissement le plus proche. L’existence d’une école secondaire serait bénéfique aussi pour les villages voisins qui y enverraient leurs enfants. En ce moment, plus de 125 élèves de Pakchanh en profiteraient.

Le site potentiel pour une école nous a été montré par le chef du village. Des travaux sont en cours pour abaisser et aplanir le terrain. Cet emplacement possible propose une vue magnifique sur le Mékong. Un projet de ce genre aurait un réel impact sur la communauté de la région. Cependant de nombreuses étapes doivent être franchies. Nous avons échangé nos coordonnées afin de communiquer prochainement.

De retour à Vientiane à 17 h, nous avons été invités par M. Phouvong, un homme d’affaires et joaillier célèbre au Laos. Il célèbre son 33e anniversaire de carrière dans le domaine. Pour l’occasion, nous nous sommes rendus à 18 h 30 au riche hôtel Pheuang Fa, pour assister à un banquet mémorable rassemblant des centaines de clients et d’employés de l’entreprise Phouvong joaillier. Nous avons pu déguster un délicieux repas, honorés de la compagnie de Phouvong et de son épouse à notre table, des amis de Ken.

Au son de chansons laotiennes et anglaises, nous avons vu à quelques mètres de nous en spectacle, sous les yeux d’une dizaine de caméras et de photographes, des danseurs et des acrobates talentueux. Ensuite un jeune chanteur extrêmement populaire a séduit le public qui s’est précipité sur lui pour le regarder, l’écouter tout en l’encerclant.

Un élégant défilé de mode a suivi mettant en vedette de luxueux bijoux créés par l’entreprise de M. Phouvong, et présenté par des mannequins de renom, dont Miss Laos. Puis un dynamique tirage de prix de participation a eu lieu récompensant en pièces d’or des clients et des membres.

La soirée, bien arrosée, s’est terminée par des danses traditionnelles laotiennes et populaires auxquelles l’auditoire de tout âge a participé avec plaisir et le sourire aux lèvres. Nous remercions sincèrement Phouvong. Nous sommes revenus nous coucher à l’hôtel peu après minuit.

22 décembre – jeudi
Setha et Lili sont partis tôt ce matin en direction de Houayxay, une province appartenant au fameux Triangle d’or (Birmanie, Laos et Thailande). Ils passeront une nuit dans une des maisons juchées dans les arbres (Tree house) dans le parc national de la région de Bokèo. Ils y resteront quelques jours avant d’aller à Louang Prabang par bus terminer leurs vacances du temps des fêtes.

En ce qui nous concerne, après avoir déjeuné, nous sommes allés visiter le village de Ban Nalao, à environ 90 minutes de Vientiane. En route, nous avons reçu les photos d’une autre école, Ban Namai. Même si cette école, construite et financée par un organisme coréen, semble usée par le temps, elle apparait solide et loin d’être dans un état pitoyable. Elle ne nécessite pas selon nous une visite.

En arrivant à Ban Nalao, nous sommes surpris par la quantité de bâtiments scolaires (12 à 14 pour le primaire et secondaire – au service de près de 3000 jeunes). Plusieurs organismes humanitaires (de la Corée, du Japon, etc.) ont collaboré. Une seule structure pour les enfants du primaire est dans un état de semi-permanence. Après avoir conversé avec le directeur d’école, nous avons constaté que ce village est parmi les favorisés. Notre assistance ne serait pas vraiment appropriée comparativement aux autres que nous avons vus.

Puis après avoir lunché avec une bonne soupe, nous avons décidé de retourner au village de Pakchanh afin d’expliquer notre raison d’être et nos critères aux responsables et aux enseignants du village. Une quinzaine de personnes nous ont écouté attentivement et ont clairement exprimé leur reconnaissance pour notre 2e visite. Ils ont été sensibilisés à nos conditions. Ils sont prêts à contribuer autant qu’ils le peuvent.

Pour l’instant, SKL consultera son conseil d’administration en janvier. De son côté, Pakchanh fera une demande officielle d’école secondaire au Ministère de l’éducation provincial. Aussi le terrain considéré sera préparé, peu importe son usage futur, d’ici le mois de mars. Nous recevrons des photos afin de nous documenter sur ce candidat potentiel. Cette discussion a été perçue bien profitable de part et d’autre. Nous avons pris les coordonnées des personnes concernées avant d’effectuer notre retour à Vientiane.

Ce soir, en nous promenant à pied dans les rues du centre-ville, nous nous sommes laissés tenter par un petit restaurant coréen ayant un caractère authentique (fréquenté par des Coréens). Au menu : riz, sushi, boulettes de boeuf, côtelettes de porc, bouilli à la coréenne. Le tout s’est avéré très bon et pas cher. Et en revenant à l’hôtel, nous nous sommes permis d’acheter et de grignoter des petites fritures sucrées en vente au coin des rues. Une autre journée s’achève. La fin de notre séjour au Laos approche à grands pas.

20 décembre

Il faisait très frais ce matin, autour de 9 degrés Celsius. Mais la température a changé dans la journée. Nous avons pris à 8 h une soupe pour nous réchauffer comme petit déjeuner. Puis vers 9 h 30, nous sommes allés au Bureau de l’éducation de la province d’Oudomxay. Nous avons discuté avec le directeur adjoint et le responsable de la construction liée à ce qui concerne l’éducation. Notre conversation d’une heure s’est avérée profitable. Nous recevrons des statistiques à jour sur la fréquentation de certaines écoles. De plus, il semble y avoir une écoute positive face à nos critères prioritaires, soit l’entretien d’une école après sa construction et l’assistance durant un projet échelonné sur plusieurs mois. Cela s’annonce encourageant.

Après avoir obtenu notre billet à l’aéroport, en préparation de notre voyage à Vientiane, nous avons le temps de visiter, par curiosité, une école à proximité qui vient de bénéficier du support de l’organisme humanitaire français, Human’Isa. Nous avons jasé avec du personnel enseignant pour en apprendre davantage.

Puis de retour à l’aéroport, nous avons pris notre avion comme prévu à midi 30. Le vol a duré 50 minutes. Pour votre information, les taxis coûtent moins cher que les Jumbos, les Tuc-tucs laotiens. À l’hôtel Douang Deuane, nous nous sommes reposés brièvement avant d’aller nous promener au centre-ville, voir les terrains de tennis et le stade utilisé par les coureurs et les joueurs de soccer. À 18h, nous avons rencontré M. Somphet Leenthasone, notre agent de voyage, qui nous a trouvé des billets à bon prix pour nos déplacements des derniers jours. Nous l’avons payé dans le lobby devant l’arbre de Noel, car nous sommes bien en décembre et il fait 30 degrés Celsius dehors.

19 décembre

Sous une pluie fine, nous sommes partis à 8 h explorer cinq villages et leur école ce matin. La majorité des villages semble avoir un, deux ou trois bâtiments scolaires. Souvent un village va accommoder avec une école plusieurs villages avoisinants. De nombreux organismes humanitaires et gouvernementaux sont visibles dans la région, possiblement en raison du chemin de fer en provenance de la Chine à proximité. Par exemple, l’Unicef appuie le financement des latrines des écoles.

Après avoir identifié certains villages ayant un potential pour SKL, nous sommes allés au bureau du district de l’éducation afin de recueillir davantage d’information et vérifier leur intérêt à collaborer, spécialement pour l’entretien du terrain et du bâtiment après sa construction, un de nos critères sur la liste. Nous avons obtenu plus de détails sur deux villages, un ayant pour nom Chantai, et l’autre nommé Ban Na. Le district n’a aucun plan en ce qui concerne l’entretien s’il y avait une construction. Il n’a aucun intérêt pour cette demarche.

Nous avons décidé alors de les visiter en présence des élèves. Chantai n’a pas besoin de classes en ce moment. Sa priorité serait une bibliothèque, ce qui ne cadre pas avec nous.

Ban Na dessert des élèves des niveaux primaire (327 jeunes) et secondaire (673 jeunes). Ils ont déjà des bâtiments en bon état construits en 2013 et 2015. Ils ont aussi des bâtiments temporaires en mauvais état. L’assistance de SKL pourrait être pertinente dans ce cas, comme nous l’avons fait à Viengkham; il y manquait des classes nécessaires pour accommoder tous les élèves. Les gens du village seraient prêts à collaborer dans un pourcentage de 50 %. C’est un candidat intéressant avec un terrain assez grand.

Puis à notre retour vers le centre-ville d’Oudomxay, notre collègue, guide chauffeur Somkhit nous a informés qu’il avait construit des écoles. Il est un entrepreneur d’expérience qualifié. Après avoir choisi notre hôtel, très beau et confortable, le Xaysana, nous avons accepté qu’il nous montre un des lieux auquel il a contribué.

Il nous a amenés à 16 h au haut d’une montagne, bravant des routes très endommagées pendant 90 minutes, pour nous faire découvrir Lavang, un village pittoresque perché dans les nuages, habité par des montagnards au dialecte particulier. Les paysages y sont spectaculaires. M. Somkhit y a construit depuis 2006, 6 à 7 bâtiments comprenant des classes, des dortoirs et des habitations pour plus de 325 élèves du secondaire. C’était impressionnant. Ce village aussi mériterait d’avoir une construction additionnelle pour desservir les jeunes résidant dans les 6 à 12 villages voisins. Il y aurait toute une histoire à raconter et un film à tourner sur ce village pauvre et difficile d’accès.

À notre retour vers 20 h, nous sommes allés souper dans un restaurant bien connu des visiteurs étrangers, le Kanya. Au menu : riz, soupe au poulet, laap au poulet, légumes, concombre et laitue, et bière Lao. Tout était très bon. À 21 h, à l’hôtel, nous avons jasé de nos plans pour demain en plus de préparer le blog.

16, 17, 18 décembre

16 décembre
Nous avons pris un petit déjeuner rapidement ce matin avant notre départ. Nous avons chargé tous nos bagages dans la camionnette. À 8 h 15, nous avons quitté Savannakhet en direction de Paksé. Après trois heures de route, nous sommes arrivés juste à temps pour prendre nos avions. Jackie, Victoria et Colin ont enregistré leurs bagages pour leur vol de retour au Canada avec plusieurs escales, dont le premier à Siam Reap. De notre côté, Ken et moi avons obtenu notre billet de retour à Vientiane. Notre vol d’une durée d’une heure est parti trente minutes après.

À Vientiane, nous avons eu le plaisir de retrouver Sengkèo, Setha et Lili à l’hôtel Douang Deuane. En fin d’après-midi, nous avons été visiter la famille de Ken, son frère Khampoun, son épouse, leur fille Phaly et son nouveau-né de 40 jours Nam. Puis nous avons été à la fin de la cérémonie commémorant le décès de l’oncle de Ken. Nous avons pu revoir des membres de la famille, jaser tout en mangeant un repas traditionnel avec une variété de viandes, de légumes, de la soupe et des desserts. Nous sommes revenus à l’hôtel vers 21 h. Nous allons bien dormir.

17 décembre
Ce matin, l’entrepreneur et bijoutier M. Phouvong, un de nos donateurs local important, un ami d’école de Ken, nous a invités pour le petit déjeuner. Il est venu en auto nous chercher à l’hôtel à 8 h. Sengkèo, Ken et moi, nous nous sommes sentis bien comfortables dans sa nouvelle et luxueuse automobile. À son bureau, M. Phouvong nous a parlé de son grand projet de parc récréatif, lieu de relaxation, situé à trente minutes de Vientiane. Il devrait le compléter en 2017. Puis nous avons dégusté une bonne soupe avant d’aller rencontrer, à la suite d’une invitation inattendue, M. Viraphon, sous-ministre au département de l’énergie et des mines au Laos. Nous avons eu une intéressante conversation sur plusieurs sujets d’actualité.

De retour à l’hôtel à midi trente, nous sommes allés prendre un petit lunch avec Phaly, son mari et leur fille Nam. À 16 h 30, avec Phaly, sa soeur, ses parents, nous sommes allés assister à une cérémonie traditionnelle pour les fiancailles de la fille d’une amie de la famille. En attendant le chef du village, nous avons pris un bon repas typique laotien, avec laap, poisson frit, canard, salades, mandarine et longan. À l’arrivée du chef du village, le célébrant a réalisé brièvement la cérémonie du baci. Le couple de fiancés était radieux de bonheur dans leurs beaux habits. Nous sommes revenus à l’hôtel vers 21 h. Nous pourrons profiter d’une bonne nuit de sommeil.

18 décembre – dimanche
Vers 8 h, nous avons pris le petit déjeuner à l’hôtel. Setha et Lili sont partis aujourd’hui pour Vangvieng, une charmante ville au nord de Vientiane. Ken et moi avons pris l’avion pour une nouvelle destination : Oudomxay au nord-ouest de Luang Prabang. Après deux heures de route, nous avons visité les sites de quelques écoles dans des villages de la région. Des organismes internationaux de la Corée et du Vietnam y ont construit des écoles dans les dernières années. Nous avons observé que la quantité d’élèves de villages regroupés semble à la hausse. Certains villages ont un profil pertinent pour SKL. Mais il est encore trop tôt pour se prononcer. Après une bonne soupe, nous allons à l’hôtel Souvally nous reposer. Nous continuerons de visiter d’autres villages demain en compagnie de M. SomKhit.

15 décembre

La journée a commencé tôt avec un déjeuner au café à côté de l’hôtel. Nous avons chargé la camionnette. Notre voyage vers Na Chantai a duré plus de deux heures. Les enfants étaient prêts. Ils nous attendaient pour nous souhaiter la bienvenue.

Nous avons pris des photos avant d’entreprendre la cérémonie officielle. L’équipe de SKL a reçu des écharpes – ceintures de la part de dames du village. Une multitude de remerciements ont été communiqués à SKL, aux donateurs et aux résidents de Na Chantai. Certains amis, venant d’Angleterre, du Canada, des États-Unis et d’Australie, ont échangé sur l’événement et sur leur séjour.

La cérémonie du baci a été remplie d’émotion. Comme d’habitude, nous avons reçu des souhaits des gens du village, prenant la forme de ficelles attachées à nos poignets et de paroles sincères. Le lunch a été servi. De nombreuses conversations ont eu lieu. Mais bientôt il fut temps de partir en direction de Savannakhet.

À notre arrivée, nous avons pris quelques moments pour nous reposer. Puis nous avons décidé d’aller souper avant d’adresser un au revoir à Setha et Lili. Ils partiront pour Vientiane ce soir à bord d’un autobus VIP de nuit avec couchettes. Nous avons trouvé un charmant resto style barbecue en plein air près du Mékong. Même sans coucher de soleil spectaculaire et malgré le vent très présent, nous avons savouré la nourriture en bonne compagnie.Certains d’entre nous ont dû dire Adieu au Laos et amorcer leur long voyage de retour à Winnipeg - Manitoba. Ce fut une expérience incroyable. La vie progresse au Laos, heureusement l’amabilité des gens et la beauté de certains sites demeurent inchangées.

14 décembre

Aujourd’hui nous avons pu dormir un peu plus longtemps. Nous sommes partis vers Na Chantai à 9 h 30. Après les routes endommagées des jours précédents, notre visite au village est comme un vent de fraicheur. L’école est magnifique. Un travail très bien fait par Toui et son équipe.

Nous avons pris des photos des élèves à l’école. Ils étaient timides au début puis ils sont devenus naturellement expressifs et animés. Nous avons planifié les festivités de demain qui comprendra la participation d’un agent responsable du département de l’éducation du district et d’ainés du village.

À notre retour à Savannakhet, nous avons été invités à souper avec la famille de Thaviseuth, un ami de Ken. Quel repas fabuleux! Soupe de bambou, laap, poisson frit du Mékong, porc roti, et plus encore. Un petit festin avec de belles conversations à la veille de l’inauguration de l’école de Na Chantai.

Demain nous devrons partir de bonne heure. Une journée complète de célébrations nous attend. Bravo à SKL et merci à nos donateurs pour une nouvelle et sixième école.

13 décembre

Aujourd’hui, après avoir profité du délicieux buffet déjeuner, très diversifié, servi à l’hôtel, nous avons quitté Paksé en direction de Savannakhet.

Vers 8 h, nous sommes partis à la recherche d’un village ayant besoin d’une nouvelle école avec Toui au volant. Un homme d’affaires Laotien, M. Kia, a discuté avec Ken il y a quelques jours. Il serait intéressé à savoir si nous pourrions l’aider à compléter l’école qu’il a grandement financée. Nous l’avons rencontré vers midi accompagné d’un ami à Ken, Thaviseuth. Après une heure de routes endommagées nous faisant sauter comme des kangourous, et environ une dizaine de ponts traversés, dont la solidité était souvent remise en question, nous avons atteint la destination : le village de Khamphanet.

Nous avons eu un bon lunch offert par M. Kia, comprenant pain baguette, pâté, poulet, porc, salade, etc. Puis nous nous sommes rassemblés dans la salle voisine pour présenter SKL Inc. à des représentants du village et du district de Ban Khamphanet. Ensuite nous sommes allés voir l’école du village. Elle a été construite récemment. Nos critères sont bien précis et importants à respecter. De quoi réfléchir…

Toui est parti de son côté en direction de Na Chantai. L’équipe de SKL et nos bagages ont pris tout l’espace disponible dans l’auto de Thaviseuth. Nous sommes un peu comme des sardines. En route, nous avons continué à chercher des écoles avec le sourire. Les villages que nous voyons ont la plupart déjà une école récemment construite. Ils n’avaient pas besoin de notre aide. Vers 16 h 30, il est temps de nous diriger vers Savannakhet.

Avec Setha et Lili assis à l’avant, Ken, François et moi à l’arrière, et sur nous la caméra vidéo, une douzaine de ballons et plusieurs sacs, nous étions un peu à l’étroit et sur ces routes accidentées, nous avions l’impression de rebondir de tous les côtés.

Nous sommes arrivés à l’hôtel Avalon vers 18 h 30. Nous avons mangé vers 19 h 30 au restaurant Aura. Puis nous avons préparé des sacs contenant des items scolaires et sportifs pour chaque niveau, de 1 à 5. Les élèves les recevront lors de l’inauguration de l’école Na Chantai le 15 décembre.

12 décembre

Lundi, nous avons pris un copieux déjeuner à 7 h du matin. Après avoir quitté l’hôtel, nous sommes arrêtés au bord de la route afin d’acheter des sandwiches au porc pour notre lunch. Nous avons apprécié les beaux paysages de la région. Rendus dans la province Xekong, nous avons appris que nous devions prendre un traversier, ancien style, pour nous permettre d’atteindre le territoire des villages que nous aimerions visiter. Notre chauffeur Toui a réussi à nous faire franchir la rivière. Nous ne savions pas alors que ce serait l’étape la plus facile de notre périple.

À la suite de l’épisode du traversier, nous avons confronté des routes intéressantes, pour ne pas dire en très mauvais état, remplies de racines, de roches et de crevasses. Après quatre heures de route acrobatiques, le moteur de notre camionnette s’est mis à surchauffer. Nous avons dû nous arrêter brièvement en haut d’une colline. Nous avons apprécié la vue splendide. Nous en avons profité pour demander à un vendeur sur motocyclette la distance qui nous séparait du village visé. Il nous a répondu : 30 km, et c’est au sommet de la montagne. Comme il nous a fallu 90 minutes pour faire 38 km sur une route imprévisible et largement accidentée, nous avons compris que nous ne pourrions pas y arriver avant la noirceur et que cet objectif est hors d’atteinte. Nous avons décidé alors de sagement revenir à Paksé. Sur notre chemin, nous avons été voir les ravissantes chutes de Tad Gneuang en plus d’aller savourer du café et du thé à la plantation Bea Coffee. Puis nous avons eu en soirée un excellent repas au restaurant Daolin, très populaire auprès des visiteurs. À la suite de cette aventure, je ne me plaindrai pas de l’état des routes du Manitoba, du moins pas d’ici mon retour à Winnipeg.

Jackie Markstrom

11 décembre

L’équipe de SKL en voyage au Laos s’est rencontrée à Paksé, au sud de Vientiane. Nous avons d’abord pris ensemble un lunch laotien à un restaurant vietnamien. C’était délicieux. Puis nous avons décidé de monter les nombreuses marches d’un site nous donnant une belle vue sur la région. Ensuite nous sommes allés visiter un grand temple sur le mont Sadao. Une énorme statue de Buddha, couleur or, y siège dans une position de méditation. Le panorama sur la ville y était magnifique. Nous avons terminé la journée par un souper paisible sur un restaurant flottant au bord de la rivière. C’était fantastique mais la nourriture était très épicée.

SKL

Plus d'articles...

  1. Départ