Votre porte d’entrée sur le monde

Vous vous demandez peut-être comment vous pouvez faire une différence dans la vie des enfants vivant à l’autre bout du monde. Il s’avère que ce que vous apprenez durant votre jeunesse a un impact profond sur le reste de votre vie. Les enfants du Laos ont besoin d’une base solide afin d’avoir des chances de réussir. SKL vous offre cette possibilité de vous démarquer et de les aider. Lisez les témoignages de gens qui ont choisi de faire une différence. Avec SKL, tout est possible.


Joan McAdam, Fondation McAdam Je crois sincèrement que chaque enfant mérite une bonne éducation dans un environnement sécuritaire et approprié. Souvent, les écoles où vont les enfants de familles pauvres dans des régions rurales éloignées sont peu confortables et pas très sécuritaires. Je profite de cette chance que j’ai de pouvoir aider des enfants au Laos, appuyer leurs efforts afin de leur permettre d’acquérir avec confiance les connaissances et les habiletés qui sont déterminantes pour leur futur et pour celui de leur pays. Ca fait du bien de savoir que SKL envoie chaque sou de mon don au Laos pour construire des écoles. Je sais que mon cadeau aura un impact certain et positif sur la vie des enfants et des familles du Laos.

Joan McAdam, Fondation McAdam

Phouvong Phamisith Je suis très touché de voir que l'organisme SKL Inc., même s'il est basé dans un pays éloigné, peut assurer le soutien de généreux donateurs vivant aux quatre coins du monde, et venir ensuite construire des écoles pour les enfants des régions rurales au Laos. Je peux certainement m'identifier à ces enfants, puisque je viens d'une famille modeste et humble. Maintenant j'ai la chance d'être un entrepreneur et un homme d'affaires accompli et reconnu au Laos. Je souhaite donner à mon tour à la société, spécialement aux enfants pauvres et démunis des régions isolées laotiennes. Car ils sont le futur de notre pays.
Phouvong Phamisith, Phouvong Bijoutier, Vientiane, Laos

Richard van der Sande - Beijing, China Talia et moi sommes restés deux mois au Laos en 2012 et nous avons adoré cette expérience. Nous avons enseigné l’anglais à des moines à Luang Prabang, vu les courses de bateaux dragon sur le Mékong, visité des sites et d’anciens temples, exploré les grottes Kong Lor et bien d’autres choses. Nous avons même envisagé vivre là pour un certain temps. Les gens du Laos sont parmi les plus aimables que nous ayons eu la chance de rencontrer. Ils ont rendu notre voyage inoubliable. Nous avons tellement aimé notre séjour que nous avons décidé d’aider les Laotiens d’une façon quelconque. Nous savions que le matériel scolaire serait utile. Nous avons fait des recherches sur internet, et nous avons trouvé le site de SKL Inc., School for Kids in Laos.

Richard van der Sande
de Beijing, Chine

Jeannette Martin de Winnipeg Canada J’aime beaucoup les enfants! C’est notre bien le plus précieux! Ils sont importants dans ma vie. J’ai passé toute ma carrière d’enseignante avec eux. J’ai apprécié les voir grandir et s’assumer en tant qu’individu. Je sais combien ils ont besoin d’être encouragés et soutenus dans leur développement. Je peux aussi affirmer qu’un bon environnement favorise un meilleur apprentissage.
C’est pourquoi le projet de SKL m’intéresse au plus haut point. Bâtir une école rejoint ma vision. Cet organisme a mon appui moral et financier. Je crois que plus nous serons nombreux à contribuer à leur initiative, plus il y aura des jeunes filles et des garçons qui en bénéficieront dans les régions rurales du Laos. Ils pourront étudier dans des écoles sécuritaires, adaptées à leurs besoins, dans un milieu sain propre à leur apprentissage de la vie.

Jeannette Martin, enseignante
Winnipeg, Canada

Christine Thammavongsa - Winnipeg, Canada Pourquoi le Laos?
En 2010, alors que nous cherchions des organismes de charité ayant un impact au Laos, ma famille et moi avons trouvé par hasard le site de SKL. Nous sommes allés quelquefois au Laos, afin de visiter de la parenté. Nous étions conscients que des millions de Laotiens, parmi les plus pauvres à travers le monde, survivent avec moins d’un dollar par jour.
L’extrême pauvreté du Laos ne fait pas les manchettes des nouvelles comme les plus récents points chauds géopolitiques. Le Laos est souvent oublié par la majorité des organismes de charité pour des causes jugées plus importantes. Pourtant le nombre de problèmes et de solutions au Laos semble à portée d’un petit organisme non gouvernemental comme SKL… un 100 $, 1 000 $, ou 100,000 $ va plus loin au Laos que dans plusieurs autres pays.

Pourquoi SKL?
Dès nos premières vérifications, nous avons apprécié la transparence financière et la disponibilité des membres de l’organisme. Nous avons été spécialement impressionnés par leur invitation à visiter les écoles construites. Sans hésitation, ils nous ont permis d’y aller par nous-mêmes. Nous avons pu parler librement aux résidents du village, aux étudiants et au personnel scolaire. Croyez-moi, SKL Inc. est un organisme de bienfaisance qui a un impact sur la population laotienne. Vous pouvez le vérifier par vous-mêmes.
SKL offre l’espoir d’un monde meilleur. Savoir lire et écrire à la base donne accès à la création de petites entreprises, en plus de permettre de rêver de poursuivre des études plus avancées. SKL améliore constamment ses stratégies afin de maximiser son impact de manière efficace. Les villages sont choisis avec attention. SKL observe de près la démographie des villages, la géographie des lieux, la logistique potentielle, l’engagement local du personnel et plus encore. Les résidents doivent contribuer en fournissant du matériel (comme du bois, de l’eau, du sable) et des employés. En fonction de leurs possibilités, ils peuvent ensemble partager un sentiment de fierté face à leur accomplissement. Par-dessus tout, aucun autre organisme à but non gouvernemental a réussi à supporter autant les Laotiens. Avec SKL, vous en avez pour votre argent.

Christine Thammavongsa
London, Ontario, Canada

Daniel Lalande de Monde par la Main Alors que nous reconnaissions l'importance des enfants d'apprendre, de se développer et d'aller à l'école, notre organisme, Monde par la main/ Give a Hand a accepté de participer à l'un des projets de School for Kids Laos en 2012-2013. La construction d'une nouvelle école dans la région rurale de Ban Pakxoun fut un projet d'importance pour cette communauté. Monde par la main / Give a Hand est fier d'avoir participé à un projet qui aura permis d'offrir aux enfants de cette communauté un accès à une éducation de qualité et contribué ainsi à leur offrir un futur meilleur.

Daniel Lalande
Montréal, Québec, Canada

Ed, Sonya et Matilda Boun - Scottsdale, Arizona Je suis né au Canada mais je considère le Laos comme aussi mon pays natal. Mes parents, ils sont élevés, et sontmariés à Luang Prabang là où mes cinq frères et sœurs sont nés. Lors de notre dernière visite à Luang Prabang, mon épouse et moi, avons eu l'occasion de visiter des petits villages d'environ, et de rencontrer des gens. Nous avons aussi profité de l'occasion pour distribuer des articles scolaires aux enfants démunis qui souvent n'ont pas d'accès à l'éducation telle qu'on connaît ici.

À notre retour, nous avons été ravis d'apprendre que SKL construit activement des écoles dans les régions rurales du Laos. Nous trouvons que leurs activités humanitaires réflètent parfaitement nos valeurs et, en même temps permettent de sauvegarder l'héritage et la culture de nos ancêtres. Nous souhaitons un jour retourner pour visiter une des écoles que nous avons aidé à construire.

Ed, Sonya et Matilda Boun
Scottsdale, Arizona, USA

Jackie et Kurt Markstrom, Winnipeg Nous travaillons tous les deux dans le milieu de l’éducation. Nous avons offert à nos deux filles la chance d’obtenir une éducation leur permettant de réussir le mieux possible dans la vie. L’éducation est spécialement importante pour les enfants vivant dans les régions rurales du Laos. L’avenir du pays est entre leurs mains. En donnant à SKL, nous savons que nous aidons à faire une différence dans leurs vies. Nous contribuons aussi à la santé et au bien-être du Laos en tant que pays.


Jackie et Kurt Markstrom de Winnipeg